L’amour maternel

à retenir

Accès rapide :
Sélectionner un chapitre

 

Introduction

        Parce que la contraception existe aujourd’hui, le bébé est différent de celui d’autrefois. Il est devenu l’enfant pleinement désiré et attendu. Dans les pays développés, sauf pour les mères adolescentes ou seules, l’enfant n’est plus subi. Il est voulu et même parfois programmé. Le bébé arrive donc le plus souvent dans un contexte psychologique favorable .
Et pourtant, compte tenu des bouleversements qui accompagnent son arrivée dans une jeune famille, même s’il s’agit de bouleversements heureux, accueillir son bébé n’est pas toujours évident.

 

Définition et place de l’instinct

Pourquoi une jeune maman agit de telle ou telle façon vis-à-vis de son bébé ? Qu’est-ce qui lui fait adopter ou non les bons gestes ? La question de l’instinct maternel fait toujours débat.
Ceux qui affirment son existence disent que si le bébé éprouve le besoin fondamental de s’attacher à sa mère, c’est qu’il peut exister en miroir chez la mère des forces innées qui la poussent vers son petit. Cet élan, qualifié alors d’instinct c’est-à-dire d’une impulsion qu’un être vivant doit à sa nature, a permis et permet aux mères du monde entier, quelles que soient leur culture et leurs conditions de vie, de bien s’occuper de leurs enfants. Ainsi, lorsqu’un comportement est retrouvé dans toutes les civilisations, on peut considérer qu’il est transmis d’une génération à l’autre et qu’il fait partie du patrimoine de l’espèce humaine. Il en est donc peut-être ainsi de cet élan que la grande majorité des mères ressentent vis-à-vis de leur nouveau-né. Par ailleurs, la prolactine, baptisée « hormone du maternage » semble également contribuer à l’instauration d’une attitude maternelle. La stimulation des mamelons entretenant un taux élevé de prolactine dans le sang, l’allaitement serait donc un élément important dans l’expression de l’instinct maternel.

 

Les détracteurs de l’instinct maternel pensent, quant à eux, que la bonne attitude de la maman vis-à-vis de son petit est acquise et non innée. Ils se réfèrent aux expériences (travaux de Harlow) menées sur des femelles macaques Rhésus, victimes de séparations précoces d’avec leur propre mère. Ces femelles refusent alors de s’occuper de leur petit jusqu’à les laisser dépérir. La jeune maman aurait tendance à reproduire le comportement de sa propre mère. Lorsqu’une mère se montre dure et froide avec son bébé, il est fréquent de retrouver les mêmes caractéristiques de comportement chez la propre mère de celle-ci. Si l’on quitte les laboratoires scientifiques pour les livres d’histoire, ceux-ci nous révèlent que le comportement maternel a évolué au fil du temps. Jusqu’à la fin du 18ème siècle, les mères avaient souvent recours à des nourrices dans les campagnes et ne s’occupaient guère de leurs enfants. Il semblerait que l’idéal de l’amour maternel soit né avec le 19ème siècle. Cet éclairage laisse à penser que ce fameux instinct maternel serait d’une nature bien plus sociale et culturelle que biologique.  
Nature contre culture, inné contre acquis : pourquoi devrait-on organiser le monde de façon binaire ? Les comportements et les sentiments sont sans aucun doute hautement complexes et non pas réductibles à une simple dichotomie.

 

Peut-être pourrait-on simplement parler d’intuition maternelle lorsque la maman comprend les demandes de son enfant et répond parfaitement  à ses besoins.

 

Inquiétudes et états d’âme

Vous vous préparez à vivre une expérience unique et extraordinaire car à partir du jour de l’annonce de votre grossesse, vous n’allez plus ni penser ni agir de la même façon. Le fait d’avoir un bébé domine vos désirs et vos peurs ; vous réorganisez vos priorités, changez vos comportements, modifiez votre échelle des valeurs. L’arrivée de votre enfant a une influence sur l’ensemble de votre vie ; vous n’abordez plus de la même façon vos relations sociales, familiales, votre vie professionnelle.

 

Cette réorganisation psychique peut être à l’origine de multiples interrogations car la future maman avance en terre inconnue.

 

. Le test de grossesse est là qui vous dit qu’une autre vie commence en vous. Mais le plus souvent, vous ne ressentez rien. Vous savez que vous êtes enceinte mais l’intégration de ce changement physiologique reste mentale. Vous ne l’éprouvez pas encore dans votre corps, et cela vous semble étrange de ne rien ressentir. Si ces sentiments vous inquiètent, c’est compréhensible mais bien à tort car tout ceci est absolument normal. Ne vous sentez aucunement coupable. Vous avez neuf mois devant vous pour devenir maman.

 

. La responsabilité d’avoir un enfant peut vous paraître soudain trop lourde. « Vais-je savoir aimer mon enfant et l’éduquer correctement ? » Il est important que les petites filles soient élevées dans l’idée qu’il n’y a pas de mauvaises mères pour leur donner cette confiance en elles-mêmes qui les conduira à adopter les bons comportements quand elles deviendront à leur tour des mamans.

 

. Le bébé qui semblait hier si merveilleux peut apparaître aujourd’hui comme un intrus dans le couple. Les relations avec votre compagnon changent et cela parfois vous effraie. « Comment mon couple va-t-il évoluer ? » En général, l’homme manifeste beaucoup de tendresse pour la femme lorsqu’il apprend qu’elle est enceinte. Mais il doit continuer à être attentif, accepter les changements qui vont intervenir dans sa propre vie et dans celle du couple. Faites confiance à votre compagnon et laissez-lui le temps de s’adapter à sa nouvelle condition. Avec son premier enfant, le fils devient père, à l’égal de son propre père. Ce déplacement dans l’arbre généalogique signifie une responsabilité nouvelle et définitive qu’il doit intégrer. Le futur père doit parcourir mentalement le chemin que fait la femme dans son être physique.

 

. Aucune femme n’échappe également à l’inquiétude de mettre au monde un enfant « normal » et en bonne santé. A cet égard, les trois échographies faites au cours de la grossesse – et l’amniocentèse lorsque cela est nécessaire – sont très importantes pour rassurer la future maman. Par ailleurs, c’est au moment des échographies que vous prendrez contact avec votre bébé. Grâce à l’image, il devient plus concret pour vous-même et votre compagnon, ce qui permet une meilleure maturation psychique.

 

Pour être heureuse, une grossesse a besoin de quantité d’ingrédients dosés avec justesse. Lorsque la maman est encore adolescente et qu’elle n’accepte pas totalement le bébé à venir ou bien quand elle est seule avec quantités de difficultés à affronter et qu’elle perçoit son bébé comme une difficulté supplémentaire, les risques pour l’enfant à naître sont évidents. Le développement harmonieux du bébé est alors largement compromis car les liens mère/enfant auront bien du mal à se nouer.

 

Sous la direction du Dr Cohen-Solal

L'avis des mamans

Pour pouvoir donner votre avis, créez un compte Klorane Bébé



Facebook

parent testeur klorane bebe