A quel âge et comment faire garder mon bébé ?

à retenir

C’est la question qui se pose rapidement à toutes les mamans qui travaillent ... et soyons clairs : la solution idéale n'existe pas.

Accès rapide :
Sélectionner un chapitre

 

Introduction

C’est la question qui se pose rapidement à toutes les mamans qui travaillent ... et soyons clairs : la solution idéale n'existe pas.



Chaque famille devra faire son choix personnel, en fonction des possibilités qui lui sont offertes, de la capacité de la maman à se séparer de son bébé et à le confier à autrui, de ses contraintes budgétaires et professionnelles et de ses attentes personnelles.

Une chose est sûre : Anticipez ! Réfléchissez bien à vos attentes avant l'arrivée de bébé, pour pouvoir profiter pleinement des quelques mois de congé maternité où vous vous occuperez totalement de votre enfant.

 

Les questions à se poser

         Voici, pour vous aider, quelques questions à vous poser rapidement :

A quel moment vais-je devoir faire garder mon enfant ? Suis-je prête à le confier, ou bien y a t-il des aménagements possibles  pour que je prolonge mon congé maternité ?

Cette question sous-entend :
- Quand suis-je obligée de reprendre mon travail?
- Quand sera t-il plus facile pour mon bébé de se séparer de moi  et moi de lui ?

Est-ce que je préfère le confier à une seule personne, ou à des professionnels dans une structure collective ?

Quelles sont les possibilités adaptées à mon budget,  dans mon quartier ou dans mon entreprise ?

 

Quand se séparer de son bébé ?

En général, il n’y a pas d’âge idéal pour se séparer de son enfant, ce que l'on peut dire c'est que les 2 mois de congé de maternité semblent passer très vite ...
Cependant, deux périodes de la vie d’un enfant font qu’il est un peu plus difficile de s’en séparer à ce moment-là.


De 6 à 8 mois : Pendant cette période, bébé est dans la phase connue sous le nom de « l’angoisse  de séparation ».  Il se rend compte qu'il ne fait pas qu'un avec sa mère, et qu'elle peut disparaître, et pleure quand il voit un étranger.


De 15 -18 mois : l’enfant entre dans la phase de rapprochement. Pendant cette étape de sa vie, bébé peut avoir des réactions inattendues ou faire des colères  impressionnantes. Il peut refuser par exemple que sa mère le reprenne le soir de chez la nounou, ce qui est en général difficile à vivre pour une maman.

Donc idéalement, il faudra, si vous devez faire garder bébé pendant ces phases, travailler encore plus la séparation, prévoir un temps d'adaptation variable selon le caractère de l’enfant, pour qu'il comprenne que cette séparation n'est que temporaire.

Il n’est donc pas question d’âge idéal mais plutôt de s'adapter à la nécessité.

Si vous n'êtes pas prête à laisser bébé réfléchissez aux solutions possibles : aide de la famille, prolongation du congé maternité par le solde des congés annuels, possibilité d'un congé parental.

    Ensuite , selon  votre caractère, vous serez peut-être plus à l'aise en sachant votre bébé confié toujours à la  même personne, avec un ou deux petits camarades, avec un accueil plus personnalisé et familial, ou au contraire vous préfèrerez déléguer à plusieurs personnes dans une crèche, dans un contexte plus professionnel pour une plus grande socialisation et une préparation à l'école maternelle.


Pensez aussi aux solutions de replis que vous aurez en cas de maladie de bébé. La collectivité favorise l'apprentissage immunitaire, et une assistante maternelle acceptera peut-être plus facilement de garder votre bébé enrhumé et fiévreux que certaines crèches qui excluent tout enfant au dessus de 38,5° de fièvre. Dans ce cas vous serez peut-être obligés de poser des congés ou de trouver des solutions d’urgence.

 

Quelles sont les solutions qui s'offrent à vous ?

       Quoiqu’il en soit, réfléchissez à la solution qui vous semble la mieux adaptée à votre situation et à votre caractère.

La garde par la famille : c'est bien sûr le plus facile et les grands parents sont souvent demandeurs de cette solution là.
Personnellement je trouve que si l'aide des grand parents est extraordinaire, il importe de leur laisser une vraie place de grand-parents et non de nounou à temps plein.
En effet, une grand-mère qui garde son petit fils ou sa petite fille toute la journée, va certes développer un lien privilégié avec cet enfant mais cela risque de créer une situation de rivalité avec sa propre fille et être source de conflit.
Donc dans ce cas n'hésitez pas à combiner un jour ou deux de garde par les grands parents et un peu de halte-garderie. Essayez de trouver des jours fixes pour que l'enfant puisse se repérer.

La garde par une nounou à domicile : c'est la solution la plus confortable, mais aussi la plus onéreuse, malgré les aides fiscales. Il vous faudra penser aux périodes de congés et trouver des solutions. Le recrutement n'est pas toujours facile, soyez rigoureuse dans vos critères et dans vos priorités. Certains organismes peuvent vous aider pour le recrutement, moyennant finance, mais l'avantage de cette solution, est qu'ils garantissent un remplacement rapide en cas de maladie ou de congé de la nounou.
 Un aménagement possible, qui allège le coût de la garde, est la garde partagée : la nounou intervient tantôt chez vous, tantôt chez la deuxième famille. Là encore il faut penser aux contraintes : les dates de vacances de tout le monde doivent concorder, les habitudes des deux familles doivent être compatibles.

La garde par une assistante maternelle agréée : c'est une solution moins onéreuse, l'agrément garantit un contrôle du lieu de garde et de la santé de la « gardienne ». Mais veillez à bien poser les questions qui vous semblent importantes sur les habitudes de l'assistante maternelle, et n'hésitez pas à en rencontrer plusieurs avant de vous fixer. Vérifiez bien le nombre d'enfants qui vont être gardés (en général plafonné à 3). Le centre de PMI de votre quartier vous fournira la liste des assistantes.

La garde en crèche familiale : c'est en fait un regroupement de plusieurs assistantes maternelles, qui sont supervisées par la PMI, qui permettent une à deux fois par semaine la rencontre de plusieurs enfants. La socialisation est ainsi favorisée et des activités pédagogiques sont proposées au plus grands, préparant l'entrée à l'école maternelle.

La garde en crèche collective : c'est la solution la moins onéreuse pour les revenus modestes, car le tarif est indexé sur les revenus. Pour les mamans inquiètes c'est la garantie que des professionnels de la petite enfance  vont s'occuper de leur bébé, avec la supervision d'un médecin.
Il existe différents types de structures, de 5 à 80 enfants, municipales, associatives ou parentales, avec des projets pédagogiques différents : n'hésitez pas à demander à lire ce projet,  et à visiter les locaux.

Mais les crèches sont victimes de leur succès, et le nombre de place étant limité, c'est un véritable parcours du combattant auquel il faut vous préparer, dès vos premiers mois de grossesse, pour espérer être sur une liste d'attente et avoir l'espoir d'une place.
Et, il faut quand même le dire : la crèche ne convient pas à tous les enfants.  Malgré une adaptation bien préparée,  certains ont vraiment beaucoup de mal à s'adapter, ou bien certains enfants plus fragiles vont être vraiment malades trop souvent, et il faudra envisager un retour à une garde plus individualisée.

 

Prenez le temps de vous poser toutes les questions !

         Dans tous les cas, prenez le temps pendant votre grossesse de vous poser toutes les questions que cette séparation soulève pour vous, n'hésitez pas à faire des listes. Parlez-en avec votre famille, vos amis, qui vous connaissent et peuvent vous aider à choisir la solution la plus adaptée à votre personnalité. Allez rencontrer des professionnels dans le centre social de votre quartier qui vous indiqueront les modalités pratiques et vous donneront la liste des assistantes maternelles  et des structures existantes.

Une fois votre choix fait, pensez à prévoir la période d'adaptation , progressive sur plusieurs jour, en aidant bébé à garder des repères (apportez les drap de la maison à la crèche ou chez la nounou, pensez au « doudou » qui assurera un lien avec la maison) et surtout ayez confiance : si vous laissez votre bébé en confiance et partez travailler détendue et avec plaisir, votre bébé supportera beaucoup mieux la séparation et sera beaucoup plus rassuré que s'il vous sent triste et inquiète.

 

N'hésitez pas à lui parler, même tout petit et à lui dire que vous aussi vous préfèreriez rester avec lui, mais que les choses vont bien se passer, qu'il va découvrir d 'autres horizons et d'autres activités qui vont l'aider à grandir, et que bien sûr, ce soir vous reviendrez et que vous serez très heureux de vous retrouver !

L'avis des mamans

Pour pouvoir donner votre avis, créez un compte Klorane Bébé



Facebook

parent testeur klorane bebe